09/07/2010

Un prêtre menacé de mort, un Évêque tire la sonnette d’alarme : “l’Inde centrale est aux mains des extrémistes hindous”

Indore (Agence Fides) – Le Père Anand Muttungal, prêtre du diocèse de Bhopal et porte-parole de l’Église catholique dans l’état du Madhya Pradesh a été menacé de mort par des extrémistes hindous.

 

http://www.blessindiaonline.com/wp-content/uploads/2010/01/Christian_Attack.jpg


“La situation est inquiétante : la partie centrale de l’Inde, d’Est en Ouest, est aux mains de groupes extrémistes hindous qui agissent violemment, dans un climat d’impunité”, dit à l’Agence Fides Mgr Chacko Thottumarickal SVD, Évêque d’Indore, en Madhya Pradesh. Il tire la sonnette d’alarme à propos de la prolifération des groupes hindous, qui prônent une idéologie puriste qui voudrait exclure le caractère pluraliste de la nation indienne.

“En Inde centrale, dans des états comme l’Orissa, le Madhya Pradesh, le Chhattisgarh, les minorités chrétiennes souffrent de l’action de groupes extrémistes hindous, parce qu’aussi au niveau politique, ils ont la couverture des nationalistes du Baratiya Janata Party, (BJP), qui les protègent et souvent leur garantissent l’impunité”, remarque l’Évêque.

Le Père Anand, après le énième coup de téléphone anonyme le menaçant de mort, a porté plainte à la police de Bhopal, qui lui a assuré sa protection. L’interlocuteur anonyme lui a intimé d’abandonner ses activités sociales. Le prêtre est aussi engagé dans le domaine de l’œcuménisme et du dialogue interreligieux. Comment agir et vivre en chrétien dans un contexte aussi délicat ?

L’Évêque explique à Fides :

“Nous avons avant tout confiance en Dieu et en sa miséricorde. Nous cherchons ensuite à entretenir de bonnes relations avec les leaders religieux hindous et à unir toutes les forces positives. De plus nous avons de bonnes relations avec les mass médias, pour diffuser la vérité : nous avons donc l’opportunité de faire entendre notre voix et notre version des faits. A côté de cela, nous soutenons une œuvre de sensibilisation des consciences sur les thèmes des droits à tous les niveaux. Enfin nous entretenons de bons rapports avec les autorités civiles et politiques”.

Certains politiques jouent un double jeu et, tandis qu’ils serrent la main aux leaders chrétiens, ils protègent les fondamentalistes hindous :

“Cela ne nous impressionne pas. Nous voulons leur faire savoir que nous ne les considérons pas comme nos ennemis. Nous voulons mettre en pratique le commandement évangélique de l’amour des ennemis et vivre la non-violence”, remarque l’Évêque.

Mgr Thottumarickal rappelle ensuite un autre point sensible :

“Au Madhya Pradesh, une loi anti-conversion appelée ‘Freedom of Relgion Bill’ est en vigueur depuis 1967. Elle interdit les conversions faites par tromperie, par fraude ou au moyen de l’argent. Nous croyons nous aussi dans la conversion qui vient du cœur, opérée par l’Esprit, car sinon ce n’est pas une vraie conversion. Mais la loi est utilisée pour limiter la liberté de religion et la liberté de changer de religion”.

Dans un tel contexte “l’évangélisation est un véritable défi, à cause de ces obstacles et des ces grandes difficultés. De notre côté, nous devons réveiller l’esprit missionnaire des fidèles, au moyen d’une formation permanente”, conclut l’Évêque.

(Agence Fides 8/7/2010)