06/08/2009

Les chrétiens pakistanais demandent l'abolition des lois anti-blasphème

L’horreur au Pakistan dans le village de Gojra, dans l'État du Punjab : huit chrétiens, dont un bébé et quatre femmes ont été brûlés vifs samedi par des fondamentalistes musulmans. C’est bien en tant que chrétiens que les membres de cette communauté ont été attaqués. Un drame condamné par les autorités du pays.

 

http://blog.lefigaro.fr/inde/kandhamal.jpg


Les écoles et universités chrétiennes ont fermé leurs portes, en signe de deuil, pour trois jours, en mémoire des victimes de ces attaques au Pendjab. L’évêque de Karachi a annoncé que les chrétiens allaient exprimer pacifiquement leur colère et leur inquiétude. Islamabad a annoncé la mise en place d’une commission d’enquête spéciale. L’Italie a demandé l’intervention de l’Union européenne.


Retour sur ces événements avec Emmanuel Derville. Ecoutez Radio Vatican : >>

Le Pape a évoqué ce drame dans son intention missionnaire du mois d’août. Il invite à prier pour les chrétiens qui sont discriminés et persécutés à cause du nom du Christ, afin que leur soit reconnus droits de l’homme, égalité et liberté religieuse. À la suite de ces émeutes le cardinal-secrétaire d’État Tarcisio Bertone a également fait parvenir lundi 3 août au nom de Benoît XVI, le télégramme de condoléances suivant à l’évêque du diocèse de Faisalabad :

À Son Excellence Joseph Coutts
Évêque de Faisalabad

Le Saint-Père a été profondément attristé d’apprendre la nouvelle de l’attaque privée de sens contre la communauté chrétienne de Gojra qui a causé la mort tragique d’hommes, de femmes et d’enfants innocents, ainsi que de grandes destructions. Il vous prie de transmettre ses sincères condoléances aux familles des victimes et d’exprimer sa solidarité à tous ceux qui ont été touchés par cet acte gratuit. Sa Sainteté vous charge par la même occasion d’ encourager vivement toute la communauté diocésaine et tous les chrétiens du Pakistan à ne pas relâcher leurs efforts pour la construction d’une société qui, avec une profonde confiance dans les valeurs religieuses et humaines, soit fondée sur le respect mutuel entre tous ses membres. Au nom de Dieu, il appelle chacun à renoncer à la violence, cause de trop nombreuses souffrances, et à s’engager sur la voie de la paix. Aux familles et à tous ceux qui pleurent leurs morts, dans la foi et l’espérance qui tire sa certitude de la Résurrection, le Saint-Père donne sa Bénédiction apostolique, comme promesse de consolation et de force dans le Seigneur.

Cardinal Tarcisio Bertone
Secrétaire d’État.



Enfin, les chrétiens accusent les autorités locales de négligence. Ils demandent au gouvernement pakistanais de leur garantir une meilleure protection et de punir les auteurs de ces attaques. Profaner le Coran est passible de la peine de mort au Pakistan, où l'islam est la religion dominante. Interrogé sur notre antenne, le nonce apostolique au Pakistan a dénoncé les lois anti-blasphème. Mgr Adolfo Yllana. Ecoutez sur Radio Vatican : >>

Au Pakistan, « les attaques antichrétiennes sont préméditées. Mais on ne peut pas parler pour autant de plan orchestré visant à éliminer les chrétiens ». C’est l’archevêque de Lahore qui l’a affirmé, réagissant au nouveau pogrom antichrétien perpétré samedi dans la petite ville de Gojra. L’Eglise catholique – a-t-il annoncé – entend réclamer l’abolition de la loi anti-blasphème, instrumentalisée par des groupes qui veulent assujettir la minorité chrétienne. A Genève, le Conseil œcuménique des Eglises a lancé, de son coté, un appel au président pakistanais afin que l’Etat protège davantage les chrétiens.
Le pasteur Samuel Kobia, secrétaire général du COE, estime que les violences de samedi auraient pu être évitées si la police et les forces de sécurité avaient pris des mesures contre les groupes de militants islamistes qui ne cessent de menacer les minorités chrétiennes.