08/07/2010

Réaction du porte-parole des évêques de Belgique à un article du quotidien "Het Laatste Nieuws"

En Belgique, l’enquête du parquet belge sur les faits de pédophilie présumés au sein de l’Église continue. Après les perquisitions du 24 juin dernier au siège de l’archevêché de Malines-Bruxelles, au siège de la commission Andrianssens (aujourd’hui démissionnaire), ainsi qu’au domicile du cardinal Daneels, c’est au tour maintenant des auditions. Le cardinal Danneels a été entendu ce mardi comme témoin pendant près de 10 heures.

Bernard Decottignies a joint Hans Geybels. Il est le porte-parole de l’ancien archevêque de Malines Bruxelles: >>


Par ailleurs, mardi 6 juillet, un article du quotidien « Het Laatste Nieuws » a fait grand cas de découvertes à l’Archevêché de Malines lors des perquisitions, toujours le 24 juin dernier. D’après cet article, le parquet de Bruxelles y aurait trouvé des documents uniquement destinés à la Justice et non à l’Église. Il s’agirait de rapports de magistrats, ainsi que de larges pans du dossier judiciaire de Julie et Melissa, 2 fillettes tuées par le pédophile belge, Marc Dutroux.

La réaction du porte-parole des Evêques de Belgique, le père Eric de Beukelaer, interviewé par Bernard Decottignies.: >>


Et voici le texte du communiqué de presse publié ce mercredi en réaction à l'article paru mardi 6 juillet dans le journal néerlandophone « Het Laatste Nieuws
» :


Ce mardi 6 juillet, un article du quotidien « Het Laatste Nieuws » fit grand cas de découvertes lors des perquisitions du 24 juin à l’Archevêché de Malines. D’après cet article, le parquet de Bruxelles y aurait trouvé des documents uniquement destinés à la Justice et non à l’Eglise. Il s’agirait de rapports de magistrats, ainsi que de larges pans du dossier judiciaire de Julie et Melissa.


Le Service de presse des Evêques a immédiatement réagi avec étonnement, ne sachant pas sur quels éléments se basaient ces informations. Me Fernand Keuleneer, avocat de l’Archevêché, a fait parvenir le même jour, un courrier à la Justice avec des questions bien précises: « L’information parue dans “Het Laatste Nieuws” provient-elle de personnes en charge de l’instruction? Si oui, pourquoi ces données ont-elles été rendues publiques ? Cette information est-elle correcte ? Si oui, les documents mentionnés dans cet article furent-ils trouvés dans les archives (nous n’avons pas reçu l’inventaire des documents en possession de la Justice) ? Dans ce cas, avez-vous une idée de la personne dont émanaient ces documents et comment ils se sont retrouvés dans les archives? » Jusqu’à présent, aucune réponse ne fut donnée à ce courrier, quant au contenu de ces questions.


Suite au manque d’information, l’Archevêché en est réduit à communiquer sur base des informations dont il dispose. D’après une recherche en interne, il s’agirait, non de dossiers sous forme papier, mais de deux CD-ROMs qui auraient été envoyés par un tiers bien connu de la presse et de l’Archevêché. Comme le mentionne la presse d’aujourd’hui, ces CD-ROMs furent également envoyés, durant l’affaire Dutroux, à des journalistes judiciaires, des politiciens et d’autres personnalités du pays. Il ne s’agirait donc aucunement d’une “trouvaille unique”.


Il serait vraiment regrettable qu’une « information » qui tombe sous le secret professionnel et sous celui de l’instruction, aie été volontairement communiquée à la presse par des personnes mêlées à l’enquête, en vue de créer la sensation. Ceci ne contribuerait pas à la sérénité de l’enquête. Les évêques de Belgique désirent collaborer correctement avec la Justice. Ils souhaitent y contribuer en répondant aux questions des enquêteurs, plutôt qu’en réagissant à des articles de presse.

 

(Radio Vatican)