03/04/2009

Message de Pâques aux guadeloupéens

« La vie a vaincu la mort, la croix a vaincu l’enfer », rappelle Mgr Hamot

 

http://www.eglise.catholique.fr/img/1-957-234x160-0/pre-jean-hamot.jpg


ROME, Vendredi 3 avril 2009 (ZENIT.org) - « La résurrection est pour notre monde une espérance », écrit Mgr Jean Hamot (photo), administrateur diocésain de Guadeloupe dans son message de Pâques aux chrétiens de l'île, après une crise qui, pendant 44 jours, a placé les guadeloupéens « au centre du monde », et qui, souligne-t-il a été pour tous « un vrai chemin de croix ». 

« Nous avons pris la route de Pâques par anticipation, le carême a commencé pour nous avant l'heure », reconnaît d'emblée Mgr Hamot dans son message. « Mais sommes-nous suffisamment à l'écoute de cette crise. Quelles seront les conséquences pour nous, pour le pays, pour l'Eglise ? » s'interroge Mgr Hamot qui invite les fidèles à regarder aujourd'hui « l'annonce de la croix comme événement de salut ». 

« La victoire de Pâques, la victoire du Christ sur le péché et la mort nous ouvre l'espérance qui ne trompe pas », souligne-t-il.  

Jésus Christ « a subi l'épreuve et il est resté fidèle. Il a fui la tentation qui le détournerait de sa mission. Il a obéi au Père, il lui a fait confiance, il s'est donné, abandonné à lui. Il s'est ouvert à l'avenir de Dieu. Il a marché dans l'espérance », rappelle-t-il. « Et dans la mort de Jésus, Dieu reconnaît en quelque sorte que nous sommes des êtres dignes de sa propre vie. Il nous invite à entrer dans son dessein qui est amour, liberté, vie, car il possède en lui le germe de vie éternelle ». 

Beaucoup de chrétiens de Guadeloupe, s'était-il félicité au début de son message, ont manifesté la présence de l'Eglise durant cette période de crise, aidant « à découvrir la souffrance de nombreux guadeloupéens à cause de la « cherté de la vie », l'importance « de développer le vivre ensemble, la solidarité » et montrant « qu'une autre Guadeloupe est possible ».  

Aujourd'hui Mgr Hamot souhaite que tous les guadeloupéens reconnaissent « la victoire de Pâques, cette victoire du Christ sur le péché et la mort », comme un temps d'ouverture à l'espérance vers l'instauration de « temps nouveaux ».  

Reprenant une citation de l'encyclique de Benoît XVI, « Sauvés dans l'espérance », l'administrateur diocésain de Guadeloupe rappelle que « le message chrétien n'est pas seulement ‘informatif'», mais « performatif », ceci signifiant, explique-t-il que « l'Evangile n'est pas uniquement une communication d'éléments que l'on peut connaître, mais une communication qui produit des faits et qui change la vie ».  

« La porte obscure du temps, de l'avenir a été ouverte toute grande. Celui qui a l'espérance vit différemment : une vie nouvelle lui a déjà été donnée »,  poursuit-il. 

« La vie a vaincu la mort, la croix a détruit l'enfer », conclut-il. « C'est la victoire, chaque fois que dans notre vie quotidienne, nous passons de la vengeance au pardon, du mensonge à la vérité, de la méchanceté à l'amitié, de l'égoïsme au partage, quand nous marchons à la suite du Christ ressuscité ». 

Isabelle Cousturié