25/07/2009

Mort du cardinal Margéot, une sentinelle pour la vie

Le cardinal Jean Margéot est mort ce 17 juillet. L’évêque émérite de Port-Louis, à l’île Maurice, était âgé de 93 ans. Son expérience pastorale fut à l’origine d’Humanae vitae.

Dans les années soixante, l’Ile Maurice, via des « experts » anglais, s’inquiétait d’un risque de surpopulation et se posa la question de la régulation des naissances. Derrière cette question se profilaient les pratiques de la contraception et l’avortement. Jean Margéot, alors vicaire général, prit une position publique pour la vie et mit en œuvre l’Action familiale, une méthode de régulation naturelle des naissances qui aujourd’hui s’est développé et constitue l’un des mouvements les plus importants en Afrique [1].

Cette attitude positive lui valut de siéger dans la commission pour la famille lors du concile Vatican II. Le témoignage de son expérience à Maurice tant auprès de la Commission qu’auprès des cardinaux responsables fut à l’origine de la décision de Paul VI de publier l’encyclique Humanae vitæ, avec l’appui des travaux menés par un certain Karol Wojtyla.

Ce combat de tous les jours a valu sa barrette au cardinal et, plus tard, le voyage de Jean Paul II à Maurice et Rodrigues en 1989. Le cardinal se plaisait souvent à raconter comment plus de vingt ans après le Concile, Jean Paul II l’approcha dans la sacristie de la Basilique Saint-Pierre à Rome et lui dit : « Et la famille ? »

Sentinelle, il veilla jusqu’à sa mort sur ces questions qui agitent encore l’île avec un projet de légiférer sur la dépénalisation de l’avortement. Dernièrement, il rappelait ce que Jean Paul II lui avait dit publiquement à Port Louis :


« Vous avez consacré tous vos moyens et toutes vos forces à faire en sorte que votre diocèse tout entier travaille à la cause de la famille, notamment à son unité, à l’éducation des enfants et à la stabilité du mariage, en même temps vous avez énergiquement défendu le droit à la vie des enfants à naître et vous avez dénoncé les crimes abominables de l’avortement.»



Apprenant le rappel à Dieu du cardinal Margéot, le pape Benoît XVI a rendu grâce à Dieu « pour le ministère de ce pasteur ardent, donnant le meilleur de lui-même pour que le Christ soit annoncé, particulièrement à travers un engagement généreux au service de la défense et la promotion de la famille »

 

(libertepolitique.com)

 

24 juillet 2009 | Daniel Facérias
© Photo : www.jeanmargeot.com
[1] Mauricienne, la présidente de ce mouvement international est aujourd’hui Dany Sauvage.