03/04/2010

Les attaques violentes et concentriques contre l’Eglise rappellent les aspects les plus honteux de l’antisémitisme

C’est un vendredi Saint placé sous le signe de la souffrance : souffrance du Christ crucifié pour nos péchés ; souffrance de Jean-Paul II qui sera évoquée lors de la Via Crucis à l’occasion du cinquième anniversaire de sa mort ; souffrance de tous les catholiques affectés par la tourmente des fautes commises par des membres de l'Église ; souffrance face aux attaques menées contre l’Église...

 

http://www.la-croix.com/mm/illustrations/Multimedia/Actu/2008/11/11/cantalamessa_article.jpg

Le P. Raniero Cantalamessa

(Rossi/CPP/Ciric).


Ce que l’on retiendra, ce vendredi soir, de la célébration de la Passion, c’est l’homélie puissante prononcée par le prédicateur de la Maison pontificale, dans la basilique Saint-Pierre au cours de la célébration de la Passion du Seigneur présidée par Benoît XVI. Pour dénoncer les attaques concentriques contre l’Église et le Pape, le père Cantalamessa a cité le message de solidarité d’un ses amis juifs, membre d’un peuple – a-t-il dit - qui sait par expérience ce que signifie « être victimes de la violence collective et en reconnaître les symptômes récurrents ». Le passage de la faute personnelle à la responsabilité collective rappellent les aspects les plus honteux de l’antisémitisme.


C’était la conclusion d’un développement long et subtil sur le thème de la violence dans la culture actuelle. Écoutez le compte rendu d’Armance Bourgois (Radio Vatican): >>


Le passage sur l'antisémistisme a suscité la désapprobation au sein de certaines communauté juives. Ce samedi matin le père Federico Lombardi, porte parole de la salle de presse du saint siège a souligné qu’établir un parallèle entre les attaques contre le Pape concernant les scandales pédophiles et l’antisémitisme ne faisait pas partie de la ligne suivie par le Saint Siège. Le père Cantalamessa, declare le père Lombardi, a seulement voulu souligner la solidarité exprimée par un juif, à la lumière de l’expérience particulièrement douloureuse subie par son peuple.

 

 

Texte intégrale de l'homélie du Père Cantalamessa  >> ICI