21/04/2010

Chine : une campagne de 10 000 stérilisations forcées

Chine : une campagne de 10 000 stérilisations forcées

Chine : une campagne de 10 000 stérilisations forcéesLe 7 avril 2010 en Chine, une campagne de 20 jours a été lancée à Puning, dans la province du Guangdong afin de stériliser - si besoin par force - près de 10 000 hommes et femmes accusés d'avoir enfreint la stricte politique de contrôle des naissances. Comptant  2,24 millions de personnes, Puning est le comté le plus peuplé du Guangdong. Dans le village de Daba, un médecin a affirmé que son équipe travaillait sans relâche, pratiquant des stérilisations tous les jours de 8 heures du matin jusqu'à 4 heures du matin du jour suivant.

Pour empêcher les couples d'avoir plus d'un enfant, suivant la loi de l'enfant unique  "un couple, un enfant", les centres de planning familial font pression sur ceux qui résistent en arrêtant leurs proches. Environ 1300 personnes sont détenues dans différentes villes du comté de Puning pour contraindre les couples ayant des "enfants illégaux" à se présenter pour la stérilisation. De nombreuses mesures dissuasives existent déjà à Puning : les proches de parents ayant des "enfants illégaux" ne peuvent obtenir de permis de construire, on refuse l'enregistrement de domicile des enfants illégaux, ce qui les prive de l'accès aux services médicaux et à l'éducation. Mais les autorités ont découvert que ces méthodes sont moins efficaces que la détention des proches. Le 10 avril 2010, le Quotidien du Sud rural a rapporté qu'une centaine de personnes, âgées pour la plupart, ont été entassées dans une pièce d'un centre de planning familial où elles devaient  "dormir" debout, par manque de place. Le Times rapporte les propos d'un père de trois filles, âgé de 68 ans, vivant dans la ville de Huang Ruifen et détenu lui aussi : "Il y a plusieurs jours, un officiel du village m'a appelé et a demandé que moi ou mon épouse aille voir le chirurgien. Sinon, ils emporteraient mon père". A quoi l'homme a répondu qu'il était trop occupé pour y aller, qu'il n'avait pas confiance dans les techniques médicales du village et que dans tous les cas, il voulait que son épouse donne naissance à un fils d'abord.

"Il n'est pas rare que les autorités du planning familial adoptent des tactiques un peu rudes" a avoué un fonctionnaire du Bureau de la population et du planning familial de Puning. Un autre a confié qu'une enquête serait lancée pour établir si les autorités de Puning ont outrepassé leurs attributions. Un règlement national stipule que les couples qui violent la politique de planning familial ne doivent pas être punis sans une autorisation appropriée.

Les fonctionnaires de Puning, critiqués par les autorités du Guangdong, sont sous pression car ils risquent d'échouer dans leur objectif de faire de Puning un comté de deuxième niveau s'ils ne parviennent pas à restreindre les naissances selon les quotas gouvernementaux. L'une des raisons de la forte population de Puning est que les familles rurales ont souvent 3 ou 4 enfants. Dans toute la Chine rurale, la règle permet aux couples d'avoir un deuxième enfant si l'aîné est une fille, mais pas au-delà. Le 12 avril, des fonctionnaires de Puning ont affirmé qu'ils avaient, en cinq jours, réalisé près de la moitié de leur objectif de stérilisation.

© Copyright Gènéthique

21:01 Écrit par Père Walter dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : daba, chine, sterilistations, guangdong, puning, enfants, le times, huang ruifen | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | | | Pin it! |