28/01/2010

Mexique: lettre du pasteur Hernández au Cardinal Rivera Carrera

AMERIQUE/MEXIQUE - Défense du mariage : lettre du Pasteur Rangel Hernández au Cardinal Rivera Carrera

 

norberto-rivera-y-Virgen-Guadalupe.jpg (296×290)


Mexico (Agence Fides) – Vendredi 22 janvier, le Pasteur Edouard Rangel Hernández a écrit une lettre ouverte au Cardinal Norberto Rivera Carrera (photo), adressée aussi à toutes les communautés ecclésiales évangéliques, où, après s’être présenté comme représentant du Comité de l’Union des pasteurs unis pour le Mexique (un organisme qui unit tous les groupes évangéliques du Mexique), il l’informe que chaque jour ils reçoivent des lettres et des messages des différentes églises évangéliques du Mexique et de nombreux autres pays pour encourager l’union avec l’Eglise catholique pour la défense de la Parole de Dieu, sur le thème du mariage entre homosexuels et sur l’adoption par ces couples.

«Je vous demande à tous – écrit le pasteur Rangel Hernández – de prier pour notre frère, le Cardinal Norberto Rivera Carrera, et de lui apporter tout notre soutien, pour que dans son ministère il continue à défendre les valeurs évangéliques, devant un secteur de la société qui le critique et qui l’agresse ».

Selon ce qu’a appris l’Agence Fides, le 21 janvier un groupe de représentants du gouvernement mexicain (Marcelo Ebrard et son PRD) a approuvé la loi qui met sur pied d’égalité le mariage entre homosexuels et celui entre un homme et une femme, leur accordant aussi l’adoption de mineurs. La réaction des groupes religieux a été immédiate : catholiques, évangéliques et orthodoxes se sont unis pour manifester leur total désaccord. Il s’agit cependant de s’opposer au dit « projet culturel » qui met ensemble avortement, eugénisme, euthanasie et d’autres situations qui cherchent à chasser les religions de la vie civile. Les groupes religieux ont clairement déclaré qu’un « mariage, par droit naturel (et il existe le mariage naturel, non pas seulement celui religieux), est constitué d’un homme et d’une femme. C’est la voie pour fonder une famille, qui est la cellule de base de la société ».

La situation est cependant très tendue et la Conférence épiscopale mexicaine a émis un communiqué, dans lequel elle réaffirme la doctrine de l’Eglise catholique sur le mariage et rappelle ce qu’a récemment affirmé Benoît XVI :

« Il y a, en effet, des contenus déterminés de la révélation chrétienne qui jettent la lumière sur les problématiques bioéthiques : la valeur de la vie humaine, la dimension relationnelle et sociale de la personne, le lien entre l’aspect unitif et celui procréatif de la sexualité, la centralité de la famille fondée sur le mariage d’un homme et d’une femme. Ces contenus, inscrits dans le cœur de l’homme, sont aussi compréhensibles rationnellement comme des éléments de la loi morale naturelle et peuvent être accueillis même par ceux qui ne se reconnaissent pas dans la foi chrétienne » (audience aux participants de l’Assemblée plénière de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi 15.01.2010).

La presse locale, qui rapporte ces évènements, demande le respect démocratique de la liberté d’expression et le respect des autorités religieuses. (CE)

(Agence Fides, 25/01/2010)