29/06/2010

Les cardinaux Bertone, Schönborn et Sodano convoqués par le Pape pour apaiser la polémique

Parmi les diverses crises qui ont émaillé la vie de l’Église ces derniers mois, il y en a une particulièrement douloureuse qui a opposé deux cardinaux, Christoph Schönborn, Archevêque de Vienne et Angelo Sodano, ancien secrétaire d’État, le premier ayant accusé le second d’avoir employé une formule maladroite le jour de Pâques lorsque dans un message public de soutien au Pape il avait employé le terme «jacasserie».

 

http://hocsigno.files.wordpress.com/2008/11/schoenbornchristoph.jpg

Le cardinal Schönborn


Le cardinal Schönborn avait par ailleurs critiqué sa gestion lorsqu’il était Secrétaire d’État du scandale de pédophilie impliquant l’ancien archevêque de Vienne, Mgr Groer. Un sommet réunissant autour du Pape les cardinaux Schönborn et Sodano s’est tenu ce lundi matin en présence de l’actuel Secrétaire d’Etat le cardinal Bertone. Un communiqué officiel a été publié à l’issue de cette réunion.

Le cardinal Schönborn avait souhaité s’entretenir personnellement avec le Pape au sujet de la situation actuelle de l’Église en Autriche. Et en particulier, il tenait à clarifier le sens exact de ses récentes déclarations sur certains aspects de la discipline ecclésiastique actuelle et son point de vue sur l’attitude adoptée par la Secrétairerie d’État et notamment par le Secrétaire d’État de Jean-Paul II vis-à-vis du cardinal défunt Hans Hermann Groër, archevêque de Vienne de 1986 à 1995.

 

http://www.bbc.co.uk/portuguese/especial/images/05_papasucessores/00585_sodano.jpg

Le cardinal Sodano


Après un entretien en tête à tête, la conversation s’est poursuivie en présence de l’ancien Secrétaire d’État de Jean-Paul II, le cardinal Angelo Sodano, Doyen du Sacré Collège, et du Secrétaire d’État actuel, Tarcisio Bertone. Cette 2e partie a permis de clarifier et de résoudre des malentendus très répandus et en partie provoqués par des propos tenus par le Cardinal Christoph Schönborn, qui a exprimé ses regrets au sujet des interprétations auxquelles ses paroles ont donné lieu. Dans un communiqué, le Saint-Siège rappelle

- que dans l’Église le Pape est le seul compétent quand il s’agit de porter des accusations contre un cardinal ; les autres instances peuvent être consultées, toujours dans le respect dû aux personnes

- que la parole «jacasserie» a été interprétée de manière erronée comme un manque de respect pour les victimes des abus sexuels. A cet égard, le cardinal Angelo Sodano partage les mêmes sentiments, plusieurs fois exprimés par le Pape, de compassion pour les victimes et de condamnation du mal qui leur a été fait. Ce terme, employé au début de la célébration pascale présidée par Benoît XVI était une citation de l’homélie prononcée par le Pape le dimanche des Rameaux et se rapportait «au courage qui ne se laisse pas intimider par les jacasseries des opinions dominantes».

Évoquant avec grande affection sa visite pastorale en Autriche, le Pape a adressé par l’intermédiaire du Cardinal Christoph Schönborn, ses salutations et ses encouragements à l’Église d'Autriche et à ses pasteurs en confiant à la protection céleste de Marie, tant vénérée à Mariazell, le chemin d’une communion ecclésiale renouvelée: >>

 


(Radio Vatican)