08/07/2010

52 prisonniers politiques vont être libérés après une médiation de l'Église cubaine

L’archevêque de la Havane, le Cardinal Ortega, a annoncé mercredi soir que 52 prisonniers politiques allaient être libérés prochainement par les autorités cubaines. C'est une des plus importantes libérations de prisonniers politiques cubains depuis l'arrivée officielle au pouvoir de Raul Castro en février 2008.

Cette nouvelle a été aussitôt saluée par Miguel Angel Moratinos, le ministre espagnol des Affaires étrangères, en visite sur l’île. Cinq prisonniers vont être libérés immédiatement, les autres devraient sortir dans les quatre mois à venir.

 

http://www.latinamericanstudies.org/religion/jaime-ortega.jpg


Le cardinal Ortega (photo) a aussitôt dépêché un émissaire à l’hôpital de Santa Clara pour tenter de convaincre un journaliste détenu pour ses idées de cesser la grève de la faim qu’il observe depuis maintenant 4 mois pour la libération de prisonniers politiques.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d4/Guillermo_Fari%C3%B1as.jpg/250px-Guillermo_Fari%C3%B1as.jpg


Guillermo Farinas (photo), aujourd’hui dans un état extrêmement précaire, s’était mis en grève de la faim pour protester contre la mort en février dernier d’un autre détenu de conscience : Orlando Zapata, 42 ans, mort après un jeûne de protestation. Un décès qui avait mis Cuba sous pression.


Le père Jean-Pierre Borderon a passé 20 ans de sa vie à Cuba et y retourne chaque année. Ce fils de la charité est l’actuel curé de la paroisse sainte Jeanne-d’Arc de Nîmes dans le sud de la France. Il revient pour nous sur les motivations du régime: >>


L'archevêque de la Havane menait depuis plusieurs semaines une médiation discrète mais efficace.


Le père Philippe Kloeckner, secrétaire national du comité épiscopal France Amérique latine explique en quoi le rôle joué par l'Église cubaine, et particulièrement par le cardinal Jaime Ortega, a été déterminant: >>


Propos recueillis par Bernard Decottignies (Radio Vatican).