13/01/2010

Haïti: 'Nou atè net' (Nous sommes complètement écrasés)

“Nou atè net” : trois mots en créole ("Nous sommes complètement écrasés") concluent l'e-mail envoyé par père André Siohan, membre des missionnaires de Saint Jacques, pour transmettre des informations de la capitale Port-au-Prince, à quelques heures du séisme qui a frappé la ville.

 

seisme4

Photo Reuters


"On essaye de sauver un des séminaristes victime d'un traumatisme crânien. J'ai été en ville pour visiter les communautés religieuses amies. C'est terrible, le centre est totalement ravagé et il y a des milliers de victimes. Priez pour nous", écrit père André, qui parvient à communiquer à l'aide d'un dispositif satellitaire.

Contacté en France, père Pierre Le Beller, qui a opéré près de 30 ans à Haïti, continue le récit de son confrère.

"Nos confrères, plusieurs séminaristes, des amis et des voisins du quartier de Pacot se trouvent actuellement dans les tentes installées dans le jardin de notre centre, qui a été lourdement endommagé par le séisme. Nous redoutons un très grand nombre de blessés : la véritable urgence sera de les soigner", dit père Le Beller, avant de préciser que les hôpitaux sont déjà défaillants en temps normal dans le pays le plus pauvre d'Amérique du Sud.

"Les témoignages sont terribles. On entend les cris et les pleurs des blessés, on ignore combien d'entre eux sont pris au piège sous les décombres. On nous dit que la cathédrale s'est effondrée, tout comme le palais présidentiel et le siège de l'Onu, qui était un bâtiment de cinq étages, sur la route qui mène au quartier de Pétionville", poursuit notre interlocuteur, dont la voix se brise au moment d'évoquer la destruction du Centre Caritas dans le quartier central de Saint Antoine : un centre d'aide, d'accueil et de réinsertion pour les enfants des rues qu'il avait lui-même fondé. Il semblerait jusqu'à présent que tous les jeunes du centre aient survécu aux secousses.

Fondée en 1966 par Mgr François Poirier, à l'époque archevêque de Port-au-Prince, la Société des prêtres de Saint Jacques naît précisément à Haïti. Une vingtaine de missionnaires consacrés et une vingtaine de séminaristes se trouvent actuellement dans le pays. (Céline Camoin - MISNA)